La consommation d’énergie

DÉFINITIONS

1- LES SOURCES D’ÉNERGIE

L’énergie conventionnelle OU FOSSILE

Elle est « issue » de matières premières ayant un stock limité dans le sous sol de notre planète : pétrole, charbon, gaz. Ces matières premières sont dites combustibles fossiles. Mais c’est aussi vrai pour l’uranium. On s’aperçoit que les dégâts sur l’environnement engendrés par leur combustion sont des dégâts à long terme voire irréversibles. D’autre part les stocks  ne sont pas inépuisables et donc les prix flambent.

L’énergie renouvelable

On peut citer le solaire, la biomasse, l’éolien, le bois, l’hydraulique, et la géothermie sur nappes d’eau chaude (le reste de la géothermie n’est renouvelable que si l’électricité qu’elle consomme est renouvelable). Ces sources d’énergies ont comme caractéristiques communes d’être issues de phénomènes naturels (quelque fois vivants: la biomasse et le bois). Leur stock est inépuisable ( il se renouvelle ) et on considère que les utilisations des flux (vents, eau, soleil, croissance…) est si minime qu’il n’y a aucune incidence sur l’écosystème.

2- DÉCOMPOSITION DE L’ ÉNERGIE UTILISÉE (Mesures servant à suivre la réglementation et à l’obtention des différents Labels)

L’ ÉNERGIE UTILE

Correspond à l’usage voulu en fonction de l’enveloppe de la maison. Elle se calcule de la manière suivante: On ajoute les apports du soleil, aux apports thermiques dus à l’activité humaine, et à ceux des différents « appareils » qui dégagent de l’énergie en fonctionnant. Cette somme sera ensuite déduite des déperditions thermiques de l’enveloppe en fonction bien évidemment de la température intérieure souhaitée et de la surface comprise dans cette enveloppe. En France la surface de référence est la SHON.

On la note Eu.

L’ ÉNERGIE FINALE

La définition est plus facile. C’est la quantité d’énergie que l’on utilise réellement (celle qu’on paye)

Elle correspond à l’énergie mesurée à son arrivée  par les différents compteurs. Mais aussi aux quantités achetées. Par exemple volume de granule de bois, stères…

On la note Ef.

Mathématiquement Ef dépend du rendement de l’ appareil de production de chauffage (et eau chaude). On aura      Eu= Ef x r  (ou r est le rendement).

L’ÉNERGIE PRIMAIRE:

Pour tenir compte de la filière de production et de son impact environnemental  (transport, transformation, rejets …), on applique un coefficient en fonction de l’énergie utilisée ( nommé souvent vecteur de pondération énergétique ou coefficient de pondération énergétique).

On la note Ep.

Mathématiquement       Ep= Ef x c  (ou c est le coefficient énergétique).

Ces coefficients ne sont pas identiques en fonction du label.

Exemple de coefficients:

Nature de l’énergie RT 2005 Labels
BBC, HPE
Combustion Gaz/fioul 1 1
Electricité 2,58 2,58
Bois 1 0,6
Solaire thermique 0 0
Solaire photovoltïque 0 1

3- L’ ETANCHEITE A L’AIR

Quand on parle énergie on parle forcément d’étanchéité à l’air. C’est à dire que l’on mesure les écoulements d’air parasites dus aux défauts de l’enveloppe de la maison (ponts thermiques). Normes de mesure I4Q4

Les mesures sont effectuées en sur-pressurisant ou dépressurisant la maison testée. La pression doit être de 4 Pa.On constate alors le nombre de M3 par heure d’air intérieur  « qui fuit ».

Cette mesure est obligatoire pour la RT 2005 et pour les différents labels. Dans le cas de la RT 2005 si elle n’est pas réalisée on applique alors une valeur pénalisante. (Théoriquement égale à 0,8M3/hm² maxi on applique si la mesure n’est pas faite 1,3 M3/hm² qui est donc pénalisante car plus importante).

Les principes de la RT 2012

 

Pour aller plus loin deux documents de synthèses de l’assemblée nationale et du sénat STRATEGIE ENERGETIQUE NATIONALE , Rapport à l’assemblée et une étude complète dont l’ ADEME a été partenaire ETUDE

Leave a Reply

You can use these HTML tags

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>